Végéculture

Site francophone de référence sur l’agriculture biologique végétalienne. Pour découvrir l’historique, les influences, les motivations, les méthodes culturales, visiter des jardins et contacter d’autres personnes.

Accueil > Où ? > Amérique > Québec > Culture en bacs 2010
  • Article

Culture en bacs 2010

mardi 15 juin 2010, par

Suite au succès de l’an dernier, j’ai repris mes bacs et relancer mon jardin de balcon à Québec.

Après avoir démarré mes plants à l’intérieur, il était temps de les transplanter dehors. J’avais laissé tous les bacs sur le balcon dans un coin pendant l’hiver. Maintenant, mon questionnement était de savoir quoi faire avec toute cette terre dans les contenants. Finalement, j’ai décidé de la réutiliser.

J’ai arraché les restant de plants (ex. Kale, haricot), puis j’ai verser le terreau dans des sacs pour bien mélanger. Ensuite que l’ai remis dans les bacs. Je sais que ça accroît les risques de maladies et ravageurs, mais je n’avais pas le goût de me départir de cette terre, ni d’acheter ou de transporter de la nouvelle. D’ailleurs, l’an dernier, nous avions utilisé un peu de compost provenant de notre site de compostage communautaire avec Éco-quartier, et je pense que la terre est encore riche. À suivre...

Concombre, et haricots ainsi que du gombo et du cresson
Tomate, poivron, pois et basilic !

Et oui, la terre était encore riche. Les plants ont poussé à merveille et furent très productifs. Comme fertilisation complémentaire, j’ai expérimenté avec un peu d’urine dilué. À ce sujet, je vous invite à lire l’excellent livre Liquid Gold de Carol Steinfeld.

Un gombo (okra)
Un concombre asiatique soyu long
Stéphane dans son jardin-balcon avec son accordéon végétalien

La vue de ma fenêtre de chambre... .

  • Poster un message :
  • modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?

    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.